Sur le même sujet

A lire aussi

Comment lire Pascal Quignard ?

Comme tous les livres de Pascal Quignard qui ne sont pas des romans, Mourir de penser (neuvième volume de Dernier royaume, commencé il y a douze ans avec Les Ombres errantes et poursuivi notamment par Sur le jadis et Les Désarçonnés) pose le problème de sa lecture et de son usage. Rêver, réfléchir, apprendre ou se laisser porter ? Il arrive que le lecteur hésite sur la nature des énoncés proposés et qu'il ne sache plus comment lire leur auteur, selon quel code et quelle portée.

La publication de ce nouveau volume, composé comme les précédents de récits, anciens ou modernes (la mort de Marcel Granet côtoie celle de Socrate), d’aphorismes, de réflexions sur les langues anciennes, de connexions inattendues, peut être l’occasion de revenir sur cette forme indécise, entre fiction et pensée, et de faire quelques propositions pour sa lecture. Parce qu’il prend pour objet le mouvement même de la pensée, la solitude qu’elle suppose et son lien à la mort, Mourir de penser invite à ce retour réflexif. On sent bien qu’on n’a pas affaire à la prose argumentative, à...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi