"Comme un invité dans sa propre vie"

Noir et rouge, teintes de mort et de misère, de nuit et d’obscurantisme, de sang et de passion : telles sont les couleurs que l’on pourrait garder du dernier roman d’Antonio Muñoz Molina. Texte ancré dans l’histoire de l’Espagne, Dans la grande nuit des temps est aussi un roman d’amour, l’histoire d’une fidélité dans l’espace et dans le temps.
Antonio Munoz Molina
Dans la grande nuit des temps
(Seuil)

Depuis Séfarade, son roman le plus riche, le plus original aussi par sa forme, Muñoz Molina plonge plus profondément dans les vagues de l’Histoire, du XXe siècle en particulier. À l’aventure que vivent Ignacio Abel et Judith Biély, de Madrid à la campagne américaine, fait écho l’Histoire de la guerre civile, autour d’une date fatidique, le 19 juillet 1936. Le récit commence avant ce jour d’été lors duquel éclate le coup d’État franquiste, tandis qu’Ignacio cherche dans tout Madrid celle qu’il aime. Mais à compter de cette date, il est un homme traqué, qui n’a d’autre choix...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine