Sur le même sujet

A lire aussi

Livre du même auteur

Comme tu me veux

Deepti Kapoor
Un mauvais gardçon
(Seuil)

Dans L’Odeur de l’Inde, écrit après un séjour en 1961 à Calcutta et à Bombay notamment, Pier Paolo Pasolini souhaitait que le pays des sâdhu ne s’invente pas « une manière mécanique et dégradante de s’occidentaliser » et que le peuple indien ne connaisse pas l’expérience bourgeoise. Il décrivait l’« enfer de misère » qu’il voyait dans les rues des grandes villes, mais se disait aussi subjugué par l’absence totale de vulgarité qui y régnait. Comme tous les « barbares » explorant cette partie de l’Asie, il se demandait si l’Inde était une, ainsi que le soutenait ...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi