Sur le même sujet

Collectionneurs d’art brut

Article publié dans le n°1211 (16 mars 2019) de la Nouvelle Quinzaine Littéraire

Y aurait-il de l’art brut sans les collectionneurs ? Sans doute, mais il serait resté méconnu, et même ignoré comme art. L’art brut est une extension du domaine de l’art, ce qui suppose l’existence des collectionneurs qui le découvrent, Dubuffet le premier.

Peintre et collectionneur, collectionneur parce que peintre, Jean Dubuffet (1901-1985) a entamé sa collection en 1945 et l’avait accumulée en quelques années avant même de chercher quelle dénomination pouvait convenir à cet assemblage hétéroclite. Avec la notion d’« art brut », il entendait refuser les anciennes appellations d’« art des fous » pour les productions asilaires qui le fascinent et qu’il collecte, ou encore d’« art naïf », et il recherchait tout ce qui relève de l’expression plastique spontanée de créateurs ou de créatrices sans aucune formation artistique.


Les produc...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi