A lire aussi

"Citoyen de son enfance"

Article publié dans le n°1095 (16 déc. 2013) de la Nouvelle Quinzaine Littéraire

Déambulons une nouvelle fois en compagnie de Michel Chaillou, guidés par ses rythmes puissants, à l’image de la nature qu’il évoque dans ce récit qui se passe pour l’essentiel en pays breton, sur la presqu’île de Quiberon, à Portivy.

Pendant les vacances de la Toussaint, Charles-André Bertrand, professeur de lettres à Nantes, se rend dans la villa Rose dont la clé est cachée dans la souche d’un tremble, cachette qu’il est le seul, hormis les propriétaires, ses amis alors absents, à connaître. C’est son refuge, refuge dans lequel il redevient « citoyen de son enfance ». Un refuge contre quoi ? Là est peut-être la question essentielle. Charles-André, « enténébré », vit dans l’angoisse, guette les journaux, la radio, attend fiévreusement qu’on parle de ce qui s’est passé, une q...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine