A lire aussi

Cinéma et littérature (1) Louis Malle et la littérature : une histoire de je(u)

Article publié dans le n°1139 (14 nov. 2015) de la Nouvelle Quinzaine Littéraire

À l’occasion de la réédition en DVD-BR par Gaumont Films de cinq films du cinéaste et du vingtième anniversaire de sa disparition, revenons sur Louis Malle (1932-1995), réalisateur français un peu dédaigné, pourtant auteur d’une œuvre majeure, protéiforme, gargantuesque, qui mêle l’intime à l’Histoire, le roman à l’autobiographie, le local au global. Et qui fait montre d’une passion pour la littérature, française et étrangère, romanesque et théâtrale, passée et contemporaine.

Gros lecteur, passionné de Camus et du théâtre de l’absurde, Louis Malle a réalisé au cours de sa carrière sept adaptations : Ascenseur pour l’échafaud (1957), tiré d’un polar de Noël Calef ; Les Amants (1958), d’après Dominique Vivant Denon ; Zazie dans le métro (1960), d’après Raymond Queneau ; Le Feu follet (1963), d’après Drieu la Rochelle ; William Wilson (1967), d’après une nouvelle d’Edgar Allan Poe ; Le Voleur (1967), d’après le roman de Georges Darien ; enfin, Vanya, 42e rue (1994), son dernier fi...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi