Sur le même sujet

A lire aussi

Choses vues à Saint-Pétersbourg

Article publié dans le n°1113 (01 oct. 2014) de la Nouvelle Quinzaine Littéraire

Malgré l’heure tardive, la lumière vive sur la place de l’Amirauté évoque les nuits blanches de juillet, celles de Dostoïevski. Au milieu de l’immense place piétonne, au pied de la colonne d’Alexandre (quarante-sept mètres de marbre posés sans ciment sur un socle), un guitariste hurle des chansons rock pas vraiment poutiniennes et les badauds en reprennent les refrains. Au nord, la place est fermée par l’Ermitage, au sud par les arcades de l’état-major des armées, dont une aile héberge le nouveau bâtiment qui abritera les collections permanentes des impressionnistes, la magnifique collec...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi