Sur le même sujet

Choses et mots

Article publié dans le n°1190 (16 mars 2018) de la Nouvelle Quinzaine Littéraire

Le Phare du Cousseix, jeune maison d’édition fondée en 2013 par le poète Julien Bosc, publie des plaquettes imprimées sur presses typographiques. Les deux dernières publications, signées Étienne Faure et Michel Bourçon, proposent des textes qui semblent constitués de fragments.
Étienne Faure
Écrits cellulaires (Le Phare du Cousseix)
Michel Bourçon
À l’arbre que l’on devient (Le Phare du Cousseix)

ÉTIENNE FAURE
Écrits cellulaires
Le Phare du Cousseix, 2017, 16 p., 7 € 


Écrits cellulaires se présente sous forme de vers libres réunis en courtes strophes de deux à cinq vers. Les épigraphes de Verlaine et d’Emmanuel Bove relient de manière univoque l’adjectif « cellulaire » à l’enfermement dans l’espace de l’écriture, espace de vie : 


D’un habitacle nommé chambre
où l’on aura entassé des livres
et lu, subdivisé la vie en cellules
un jour la coquille est vendue 


C’est...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi