Sur le même sujet

A lire aussi

Changer de pays

Suffit-il de changer de pays pour accéder à une vie meilleure et se libérer de son passé ? C’est la question que pose Abdellah Taïa dans son roman Un pays pour mourir. Zahira, Aziz et Allal s’expriment tour à tour à la première personne du singulier ; ils luttent contre la honte et la misère sans jamais sombrer dans le désespoir.
Abdellah Taïa
Un pays pour mourir
(Seuil)

Un pays pour mourir est un roman aussi fiévreux que les monologues qui le constituent. Zahira, prostituée marocaine émigrée en France pour fuir le souvenir de la mort de son père, cherche à convaincre l’homme qu’elle aime de l’épouser. Traumatisée par ce qu’elle a vécu, se répétant en boucle les mots qu’elle n’a pas su prononcer, comme ces « Que veux-tu, mon papa ? De quoi as-tu besoin ? Tu as mal ? Terriblement mal ? Où ? Où ? Dis. Dis-le-moi », elle demeure pourtant optimiste et généreuse avec ses clients, ces « émigrés troisième classe ...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi