Sur le même sujet

A lire aussi

Cette si fragile virilité

Article publié dans le n°1100 (01 mars 2014) de la Nouvelle Quinzaine Littéraire

Sans remonter à son tout premier livre, publié par les éditions de Minuit en 1993, il est intéressant de lire et inscrire "La Très Bouleversante Confession..." dans la perspective dessinée par les deux précédents ouvrages d'Emmanuel Adely : "Cinq suites pour violence sexuelle" (Argol, 2008) et "Sommes" (Argol 2009). Ces trois livres font corps, ils posent un rapport épidermique au politique et à l'actualité en affirmant (en acte) la capacité de la littérature à répondre de cette actualité brûlante.
Emmanuel Adely
La très bouleversante confession de l'homme qui abattu le plus grand fils de pute que la terre ait porté

Il y a peu de temps encore, on reprochait aux séries télévisées françaises, voire au cinéma, de ne pas être capables de (re)traiter l'actualité brûlante comme les Américains parviennent à le faire, qui-font-tout-mieux-que-nous-de-toute-façon-virgule-même-les-serial-killers. Sans voir que ce qu'on cherchait du côté de la télé ou du cinéma se trouve en fait du côté de la littérature, qui a toujours une longueur d'avance (qu'elle soit bolivienne, américaine, polonaise ou vietnamienne).


Et si elle a une longueur d'avance, ce ne sera pas, évidemment, en proposant l'énième traitement b...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi