A lire aussi

Ces paysages qu'on maltraite

Poète lui-même et lecteur attentif de poètes comme Yves Bonnefoy, René Char ou André du Bouchet, poètes dont il salue le paradoxal « lyrisme objectif », Michel Collot propose, avec la notion de « pensée-paysage », une réflexion originale sur les rapports entre l’homme et le monde perçu, une méditation aux enjeux multiples.
Michel Collot
La pensée-paysage

Partant des analyses phénoménologiques désormais classiques de Merleau-Ponty, Michel Collot met en évidence ce qu’il appelle la « structure d’horizon » propre au paysage ; le paysage, qui s’ouvre au regard subjectif, au corps propre, s’oppose au simple « lieu » de transit, au lieu contemporain d’errance et de parcours balisé, comme il rompt avec le « spectacle », le panorama toujours un peu artificiel de la perspective géométrique. Le paysage, dans l’expérience à la fois simple et privilégiée du randonneur, du marcheur, se définit par la présence d’un h...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine