Sur le même sujet

Ce qui reste

Article publié dans le n°1212 (01 avril 2019) de la Nouvelle Quinzaine Littéraire

Chaque poème du nouveau livre d’Olivier Barbarant est l’expression d’un instant que la mémoire a élu. Il restitue l’intensité vécue qui résiste à l’oubli, le temps d’une vie.
Olivier Barbarant
Un grand instant

On connaît l’intérêt d’Olivier Barbarant pour Aragon – dont il a édité l’œuvre poétique dans la collection de la Pléiade –, Apollinaire, Colette, Claudel ou Racine. C’est ici la pensée de Vladimir Jankélévitch sur le temps et la mort qui semble au cœur de la construction du livre. Dans Temps mort, son journal de 1986-1998, Olivier Barbarant affirmait, en 1993-1994, « consacr[er] douze heures par jour à [s]a thèse, et le reste du temps à lire Jankélévitch[1] ».


La longue épi...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi