Sur le même sujet

Ce mot impossible à dire

Article publié dans le n°1158 (01 oct. 2016) de la Nouvelle Quinzaine Littéraire

« Ici », premier mot du livre, et la négation, dès le premier poème, témoignent d’une réduction qui gagne le cœur et la page, multipliant ce qui fut et qui a été arraché : « nul objet ne peut sortir sans avoir dit le lieu nul objet ni personne d’écriture. »
Thierry Metz
Entre l'eau et la feuille

Après Sur la table inventée en 2014, Jacques Brémond réédite Entre l’eau et la feuille, publié en 1991 par Arfuyen, un an après Le Journal d’un manœuvrei. Le poète Thierry Metz (1956-1997) revient, avec si peu, « dans la parole creuse vacante ». Écrire des poèmes verticaux, comme pierres levées, ou stèles, mais « entre l’eau et la feuille » que reste-t-il qui ne soit troué, déchiré ?


Les espaces blancs sur la page ralentissent la lecture et nous confrontent à ...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi