A lire aussi

Livre du même auteur

Articles du même critique

Ce géant de la littérature africaine

 Ngugi… Ce géant de la littérature africaine, engagé, persécuté, emprisonné, et exilé de son pays natal, le Kenya, est aujourd’hui considéré comme le plus « nobélisable » des romanciers africains de sa génération. Dans son essai, Décoloniser l’esprit, publié en 1986 et désormais disponible en français grâce à l’excellente traduction de Sylvain Prudhomme, Ngugi nous offre une déconstruction magistrale de la colonisation à travers « une défense et une illustration » des langues africaines afin de justifier la décision qu’il a prise en 1986 d’abandonner l’anglais et d’écrire exclusivement en kikuyu et en kiswahili de manière à combattre « l’aliénation linguistique ».
Ngugi Wa Thiong'o
Décoloniser l'esprit

Pour Ngugi, « Le principal moyen par lequel ce pouvoir [colonial] nous fascina fut la langue. Il nous soumit physiquement par le fusil ; mais ce fut par la langue qu’il subjugua nos esprits ». L’essai – on serait tenté de dire le manifeste – est structuré de manière à offrir au lecteur une grille de lecture permettant de situer la complexité de ces questions dans un cadre à la fois historique, littéraire et pédagogique. Ngugi estime qu’« on ne peut s’interroger sur la littérature africaine ni sur la langue dans laquelle elle est écrite sans réfléchir aux e...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi