Articles du même critique

Cassandre sur le calendrier

De son journal, tenu de façon intermittente entre 1983 et 1987, Alain Lance écrit : "Trois décennies plus tard, relisant ces carnets, il m'a semblé voir aussi dans ces notations personnelles un témoignage sur une période où, succédant à l'illusion de pouvoir "changer la vie", s'amorça sans doute dans notre pays une inquiétante régression".
Alain Lance
Coupures de temps

Ce journal, qui fait revivre une époque quasi antédiluvienne, est passionnant de bout en bout, qu’on l’ait traversée en militant ou en curieux, ou qu’on ne l’ait pas vécue. L’auteur s’y laisse un peu deviner, mais il n’est pas de ceux qui se livrent à une « course échevelée après […] le scintillement de sentiments fugaces », pour reprendre ses mots (à propos des poèmes de Pierre Lartigue, qu’il admire) : peu de journaux intimes moins narcissiques que celui-ci. Il est pour l’essentiel voué aux trois grandes passions d’Alain Lance : la politique, la littéra...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi