Sur le même sujet

A lire aussi

Livre du même auteur

Capitalisme : économie et politique de la guerre

Avec Guerres et Capital, s’aventurant dans une contre-histoire du capitalisme, doublée de sa généalogie, Éric Alliez et Maurizio Lazzarato livrent un ouvrage d’une puissance conceptuelle décisive. S’appuyant sur les analyses de Marx, Deleuze et Guattari, Foucault, Clausewitz, ils mettent à nu les opérateurs du néolibéralisme, démontent le continuum guerre-économiepolitique que celui-ci met en place. À partir d’une pensée neuve sur la guerre que mène le capital à l’encontre des populations, d’un questionnement sur les refoulés de la pensée 68, sur l’état d’urgence, cet essai nous donne les armes théoriques et par là pratiques pour mener à la victoire les luttes contre ce que ses auteurs appellent le Capitalocène.

Véronique Bergen : Invalidant l’image d’un capitalisme pacifique, vous pointez la réversibilité de l’économie et de la guerre à l’œuvre dans le capital. Comment le capital, dont 1492 figure le coup d’envoi, a-t-il au fil du temps capturé les machines de guerre, l’État, la monnaie, afin d’asseoir la « gouvernance de l’économie-monde » ? 


Éric Alliez et Maurizio Lazzarato : Le « doux commerce » supposé se substituer à la guerre est un conte de fées dont nous nous sommes efforcés, après Marx, de tirer toutes...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi