A lire aussi

Brutalité des Faits

Article publié dans le n°1082 (16 avril 2013) de la Nouvelle Quinzaine Littéraire

Sur la couverture du livre, un petit coquetier de bois peint. La couleur est passée, le dessin est presque effacé et le bois en est par endroits écarté ou fêlé. Il fait partie des quelques rares objets conservés par Marcel Cohen de son enfance, avant que sa mère, son père, sa sœur, sa grand-mère et son grand-père, deux oncles et une tante fussent assassinés à Auschwitz ou dans les convois qui y conduisaient
Marcel Cohen
Sur la scène intérieure. Faits

L’enfant avait cinq ans et demi. Ses souvenirs aussi sont rares. Quelques photos l’aident à revoir le visage de sa mère, son rouge à lèvres pâle, ou les mains de son père accordant son violon, le costume aux rayures qu’il voyait tantôt droites tantôt cassées lorsqu’il se tenait sur ses genoux. Une résille, un petit chien cousu, une gourmette, un portefeuille en cuir, un violon qui a perdu ses cordes et son âme, un cendrier tenu par un ours et le petit coquetier. C’est tout. À propos du coquetier, Marcel Cohen écrit : « Je me dis qu’on ne conserve pas un objet aussi modeste, et ...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi