Brian Friel, le grand nom de la dramaturgie irlandaise

Brian Friel (1929-2015)est considéré comme le plus grand dramaturge irlandais de la seconde moitié du XXe siècle. Il est associé, pour moi, à un voyage en Irlande au cours duquel je me procurai une partie de ses pièces complètes, que je dévorai au milieu des petites routes de campagne en fleurs, où apparaissaient çà et là les ruines d’antiques monastères sous un soleil toujours pluvieux ; il m’évoque la ville joyeuse de Galway, et le trajet sur le ferry au retour en France. Le contexte dans lequel on découvre une œuvre éclaire toujours la lecture qu’on en fait.

L’Irlande, ou la « verte Érin » selon un cliché d’époque auquel s’en prenait Marcel Proust, tient une place fondamentale dans l’œuvre de Brian Friel. L’une de ses pièces les plus célèbres, Translations, n’évoque-t-elle pas la re-nomination de lieux irlandais par les Anglais au début du XIXème siècle ? Et Philadelphia, Here I Come ! ou The Loves of Cass McGuire, pour citer deux autres de ses pièces les plus connues, racontent respectivement l’incertitude du départ de la terre natale et le retour à cette dernière – même si l’Irlande, dans ces deux pièc...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine