Sur le même sujet

Brève typologie des collectionneurs

Article publié dans le n°1211 (16 mars 2019) de la Nouvelle Quinzaine Littéraire

Le geste de collecter des objets et de les conserver obéit sans doute à une pulsion primaire. Entassés sans ordre, les objets sont alors simplement accumulés. Tout autre est la collection, totalité organique qui se déploie autour d’une époque ou d’un thème.

Philippe Mons, psychiatre et collectionneur, préfère se définir comme un accumulateur que comme un collectionneur. La pulsion d’accumulation correspond aux anciens cabinets de curiosités – avec toute l’ambivalence du terme, la curiosité étant à la fois du côté de l’objet bizarre et insolite et du sujet qui s’y intéresse au point de vouloir se l’approprier. En effet, depuis les surréalistes, à l’image de la collection d’André Breton – hélas dispersée en 2003 – qui mêlait harmonieusement coquillages, minéraux, poupées amérindiennes, objets et œuvres d’art diverses, le cab...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi