A lire aussi

Bianco & nero

Quelques mots ultimes sur le Festival de Cannes, pour ne plus avoir à y revenir avant un an : la Palme attribuée à Amour de Michael Haneke est la mieux justifiée depuis plusieurs années – depuis Le Ruban blanc, du même. Quant au reste du palmarès, il semble composé tout exprès pour vérifier la pertinence des vers de Brassens : « Le pluriel ne vaut rien à l’homme et sitôt qu’on/Est plus de quatre on est une bande… », car rarement on vit récompenser aussi obstinément les films qui le méritaient le moins. Affaiblissement collectif de la rétine ou hypnose partagée ? Que Resnais, Carax, Jeff Nichols ou Cronenberg soient repartis les mains vides – on imagine qu’ils sont, heureusement, chacun au-dessus de ce genre d’avanies – est une conclusion navrante au festival. En tout cas, voir Ken Loach récolter un prix d’habitude décerné à un cinéaste porteur d’espoirs restera comme symbolique des errements d’un jury par ailleurs formé d’individualités estimables. Une question nous taraude : si Le Serment de Tobrouk avait été en compétition, Bernard-Henri Lévy aurait-il décroché le prix d’interprétation (1) ?

ELIO PETRI
L’ASSASSINO
à partir du 20 juin 2012

 

Films noirs à l’italienne
La Cinémathèque française, 51, rue de Bercy,
75012 Paris
6 juin – 2 juillet 2012

Cette fin de printemps est placée sous le signe de l’Italie : La Cinémathèque de la rue de Bercy nous offre une rétrospective, partielle mais bienvenue, d’un genre, le film noir, que l’on n’associe que peu au cinéma transalpin et Carlotta distribue sur les écrans L’Assassin, un film si rare que l’on ne se souvenait pas, sauf erreur, de l’avoir revu depuis plusieurs décennies. La météo nous interdisant de paresser aux terrasses, profitons-en pour aller savourer quelques bouffées « à l’italienne », pour reprendre une expression qui a beaucoup trop servi.


Paradoxa...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine