Sur le même sujet

A lire aussi

Belles Orphelines

Quand les auteurs disparaissent, leurs œuvres sont-elles orphelines ? Malléables et influençables, elles sont placées sous la tutelle d'éditeurs qui, bien souvent, les habillent comme ils l'entendent, les transforment et leur donnent des apparences nouvelles.

Les Âmes mortes de Gogol


Nicolas Gogol a trainé sa dernière grande œuvre comme on traine sa croix. Alexandre Pouchkine lui avait confié le sujet : un escroc, Tchitchikov, parcourt la Russie en quête d’âmes mortes – ces serfs mâles que le recensement n’avait pas encore consignés comme âmes défuntes. Il y avait de quoi rire, et Gogol s’y attela. Car son comique (sur lequel certains traducteurs mettent l’accent, comme Anne Coldefy-Faucard) est particulièrement efficace. Mais l’effet produit ne fut pas celui escompté car, après en avoir lu une première ...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi