Sur le même sujet

Belles Orphelines

Quand les auteurs disparaissent, leurs œuvres sont-elles orphelines ? Malléables et influençables, elles sont placées sous la tutelle d'éditeurs qui, bien souvent, les habillent comme ils l'entendent, les transforment et leur donnent des apparences nouvelles.

Le Cid


« – Vous avez Le Cid ?
– Dans quelle édition il vous le faut ?
– Le prof ne nous a rien précisé. Mais n'importe, ce sera toujours le même texte ! » 


Voilà une remarque – entendue récemment dans une librairie, et qu'on peut entendre invariablement quel que soit le classique – qui m'a incité à écrire ce petit rappel. Car Le Cid, comme tant d'autres classiques, ne peut pas être réduit à une seule édition : les œuvres ont une vie, elles grandissent ou se ternissent. Le Cid n'échappe pas à la règle, car Corn...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi