Sur le même sujet

A lire aussi

Belles Orphelines

Quand les auteurs disparaissent, leurs œuvres sont-elles orphelines ? Malléables et influençables, elles sont placées sous la tutelle d'éditeurs qui, bien souvent, les habillent comme ils l'entendent, les transforment et leur donnent des apparences nouvelles.

Les Fleurs du mal de Marcel A. Ruff


Tout le monde connaît Les Fleurs du mal et associe le recueil au procès de 1857. Pourtant, nous lisons l'œuvre le plus souvent dans une version de quelque cent cinquante poèmes, quand l'édition de 1857 n'en comportait « que » cent. Charles Baudelaire a régulièrement cherché à améliorer la forme de son œuvre, qu’il ne considérait pas comme une simple compilation de pièces autonomes, mais bien comme une réunion organisée ; et, alors qu'il travaillait à une troisième édition, sa mort a l...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi