Sur le même sujet

A lire aussi

Belle-sœur et belle personne

Article publié dans le n°1129 (01 juin 2015) de la Nouvelle Quinzaine Littéraire

Voici donc, tant attendue, et le plus souvent pour de mauvaises raisons, cette correspondance entre l’inventeur de la psychanalyse et Minna, sa belle-sœur, sœur cadette de son épouse Martha.
Sigmund Freud
Minna Bernays
Correspondance 1882-1938
(Seuil)

Attendue parce que supposée receler la ou les preuves de l’existence d’une relation autre qu’affectueuse entre les deux protagonistes. Pour les acteurs, et ils sont nombreux depuis des décennies, de ce qu’Albrecht Hirschmüller, l’auteur du très remarquable appareil critique de cette édition, appelle dans son introduction le « Freud-bashing », la déception devrait être grande. Élisabeth Roudinesco l’affirme à juste titre dans sa préface, « quand on décrypte avec toute l’objectivité requise les lettres échangées » on ne trouve rien qui puisse suggérer un ra...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi