Beccaria pour notre temps

Article publié dans le n°1130 (16 juin 2015) de la Nouvelle Quinzaine Littéraire

En juillet 1764 paraît anonymement à Livourne, sous le titre Dei delitti e delle pene ( Des délits et des peines), un traité d'une centaine de pages, véritable "projet révolutionnaire contre la justice de l'Ancien Régime" (Robert Badinter). Le deux cent cinquantième anniversaire de sa parution a nourri en 2014 une riche actualité éditoriale et scientifique. L'occasion d'évoquer une onde de choc partie du siècle des Lumières, au fondement d'une philosophie pénale nouvelle, jamais définitivement acquise, celle de l'État de droit et de la société démocratique.
Cesare Beccaria
Des Délits et des peines (Gallimard)
Michel Porret
Elisabeth Salvi
Cesare Beccaria, La controverse pénale XVIIIe-XXIe siècles (Presses universitaires de Rennes)
Beccaria - Revue d'histoire du droit de punir (Georg)

La nouvelle traduction, assez littérale, annotée et enrichie d’une présentation critique, de l’ouvrage du marquis Cesare Beccaria pourra satisfaire les spécialistes, parmi d’autres possibles, dont celle en format de poche préfacée par Badinter avec la force de conviction qu’on lui connaît (Garnier-Flammarion, 1991). On ne saurait se plaindre de cette abondance de lectures, car l’ouvrage invite toujours à méditer. Épuisé en quelques semaines dans son édition originale italienne de 1764, le succès du libelle est immédiat et gagne toute l’Europe des philosophes et des réformateurs via des c...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi