Sur le même sujet

A lire aussi

Beauté perdue

Un recueil aux tonalités subtiles, qui fait s’entrecroiser désir et perte, fascination et pulsion, nostalgie et désir de vivre, les voix d’un temps perdu, les présences immuables de ceux que nous avons aimés.

La vie est une joie, la vie est une tristesse. Elle n’est que la continuation disproportionnée des mêmes maux et des mêmes égarements, des mêmes désirs qui se reprennent sans fin, se retrouvent et nous échappent, des mêmes voix qui s’amenuisent et se renforcent, des mêmes corps qui fascineront toujours. Une manière d’élan vers le sacré, les mots qui le disent, les êtres ou les objets qui l’incarnent. Tout n’y est que désir et mort, abandon et résistance, présence et effacement. Au cœur de ce livre bref, doux et sensuel se loge quelque chose de la beauté, de la sidération qu’elle provoque...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi