Sur le même sujet

A lire aussi

Livre du même auteur

Béances du trauma

Article publié dans le n°1116 (16 nov. 2014) de la Nouvelle Quinzaine Littéraire

« L'analyste, il ne suffit pas qu'il supporte la fonction de Tirésias. Il faut encore qu'il ait des mamelles ». Ce propos de Lacan, Hervé Bentata, l'un des auteurs du présent ouvrage collectif, nous le rappelle fort opportunément, soulignant ainsi que, confronté à la souffrance physique et psychique résultant de situations dans lesquelles la guerre et son cortège d'horreurs ont pris la suite des conflits politiques - la chose ne cesse d'être d'actualité -, le psychanalyste, s'il vise à un minimum d'efficacité, ne saurait se réfugier derrière l'atttitude dite de « neutralité bienveillante ».
Ghislaine Capogna-Bardet
Clinique du trauma
(Eres)

Autrement dit, face à des êtres traumatisés, femmes violées, enfants témoins du meurtre de leurs parents, personnes ayant subi des tortures à peine dicibles, la distance, la froideur et le silence – s’ils ne sont pas à exclure pour parer à une proximité déplacée – sont insuffisants pour faire revenir une parole à ce point dépréciée qu’elle échappe à toute énonciation. Cela ne va pas sans poser des problèmes à l’analyste, qui doit alors se questionner, négocier avec un trop-plein d’empathie et de « compassion » (mot qui fit polémique), avec son contre-transfert. Ce n’est pas là la moindre...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi