Sur le même sujet

A lire aussi

Battements de cœur au rythme surréaliste

Article publié dans le n°1194 (16 mai 2018) de la Nouvelle Quinzaine Littéraire

La passion amoureuse, la déflagration du désir, les heurs et malheurs du sexe ont partie liée avec la subversion surréaliste. De là, le projet d’explorer la galaxie érotique que dessine ce mouvement esthétique, en s’attachant à déchiffrer le destin non pas d’artistes pris isolément, mais de créateurs appréhendés par couples : le rapport amoureux fonctionne alors comme le révélateur du plus intime de chaque individualité.
Dominique Marny
L’Amour fou à Paris (1920-1940). Art et passion, huit couples légendaires

À ce projet s’ajoutent l’encadrement historique (1920-1940), qui n’est pas neutre mais porteur de désastres futurs, comme nous le savons, et la juridiction géographique, Paris (et certains quartiers comme Montmartre et Montparnasse) pouvant alors se prévaloir d’incarner la capitale mondiale de l’art. Tout cela nous offre un beau livre, signé Dominique Marny, petite-nièce de Jean Cocteau, à laquelle je reprocherai, compte tenu des ambitions quasi métaphysiques, une écriture un peu trop sage, réserve qui cède toutefois devant la richesse de la réalisation au plan iconographique.


Qu...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi