A lire aussi

Avec les dissidents chinois

L’amitié, l’importance de l’amitié et de son bon usage sert à ce livre – construit à partir d’une mosaïque d’impressions de voyage et de fragments documentés – bien plus que de fil conducteur, c’est sa véritable raison d’être. Il s’ouvre en effet sur un paradoxal entretien post mortem avec Claude Lefort, et s’achève sur une scène émouvante où l’auteur évoque sobrement la fin du philosophe qui, dans les années étouffantes de notre jeunesse commune (1950-1970), où le pseudo-marxisme stalinien abrutissait l’intelligentsia française, ouvrit pour quelques-uns un sas vers la liberté de penser.
Pierre Pachet
L'âme bridée

Castoriadis, Lefort, Morin, Socialisme ou barbarie, Esprit : ces gens et ces lieux permettaient la « conversation » sans préjugés, la discussion socratique, chères à Pierre Pachet. Ils donnaient ou redonnaient à la politique de ce temps-là, bétonnée par les idéologies mortifères, sa vraie fonction grecque originelle : aider des êtres conscients à imaginer comment pourrait se gérer une cité harmonieuse dans le respect de lois démocratiquement votées par ses citoyens.


Nous avons toujours besoin de cette liberté ou de cette libération aujourd’hui, où deu...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi