Aux origines de l'art brut

Article publié dans le n°1186 (16 janv. 2018) de la Nouvelle Quinzaine Littéraire

L’art brut est à l’honneur cet hiver à Paris : deux expositions majeures lui sont consacrées et nous invitent à repenser la genèse de cette catégorie esthétique.

EXPOSITIONS

« La folie en tête. Aux racines de l’art brut »

Maison de Victor Hugo

Du16 novembre 2017 au 18 mars 2018

 

« Elle était une fois. Acte II : la collection Sainte-Anne autour de 1950 »

MAHHSA

Du 30 novembre 2017 au 28 février 2018

Défini par Jean Dubuffet à la fin des années 1940, l’art brut désigne un ensemble relativement hétérogène d’œuvres produites par des patients d’asiles psychiatriques, mais aussi par des autodidactes visionnaires ou des adeptes du spiritisme. Il s’agissait avant tout, en suivant une démarche qui rappelle celle de la théologie négative, de définir cette catégorie en fonction ce qu’elle n’était pas, par opposition aux logiques institutionnelles de tout ordre (courants artistiques, art officiel, effets de mode, etc.), auxquelles elles étaient censées échapper.


Or paradoxalem...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi