Sur le même sujet

A lire aussi

Livres des mêmes auteurs

Articles du même critique

Au crépuscule de l’humanisme

L’œuvre de Jaume Cabré est à l’humanisme ce que la peinture de Tiepolo est au Settecento : un feu d’artifice aux couleurs éclatantes, pour célébrer les fastes d’une époque qui s’éteint.
Jaume Cabré
Confiteor

Il faut dire que la vocation littéraire de l’auteur est indissociable d’une certaine idée du roman, bien plus proche de Stendhal que des apôtres de la postmodernité littéraire. Tel est en effet l’esprit du récit que vise Jaume Cabré dans Confiteor, roman magistral aux dimensions épiques, qui – pareil à un miroir promené sur une grande route – nous plonge dans l’histoire de l’Europe, moins dans l’intention d’en brosser une fresque littéraire que de donner accès au silence des profondeurs, à cette intra-histoire où se joue le conflit incessant entre la culture et le mal.


C...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi