Au coeur du monde

S’il existe un « témoin capital » de ce monde contemporain, suicidaire, c’est bien Stefan Zweig.

Né en 1881 à Hohenems (Autriche) dans une famille juive très « intégrée », il connaît le succès très rapidement et devient l’un des auteurs de langue allemande les plus connus de son époque. Il fut très vite un écrivain populaire, ce qui lui attira les commentaires ironiques des autorités littéraires, parmi lesquelles Hofmannsthal, Thomas Mann ou Brecht. Il écrit des biographies de « grands personnages » (Fouché, Balzac, Magellan, Marie-Antoinette), fait le tour de l’Europe et prononce de nombreuses conférences, dans le monde entier. Pourtant, à bien des égards, il es...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine