Sur le même sujet

A lire aussi

Au centre de l’enquête anthropologique : le langage. Entretien avec Éric Chauvier

Article publié dans le n°1176 (01 juil. 2017) de la Nouvelle Quinzaine Littéraire

À l’interface de l’anthropologie et de la fiction, Éric Chauvier a élaboré une œuvre centrée sur les interactions entre l’enquêteur et les locuteurs. Attentif aux silences, aux lapsus, au ton et au rythme des paroles, il nous présente ses dernières réflexions sur ses enquêtes.

Bernard Traimond : Pourquoi, dans ton dernier livre, Les Nouvelles Métropoles du désir, n’y a-t-il pas de communication verbale ? 


Éric Chauvier : Il y a beaucoup de communication non verbale ; il n’y a pas de communication verbale, parce que la ville apparaît comme mutilée, privée de sa communication verbale. Elle n’existe que par la gestuelle, les signes de regard ; c’est un bar où la communication verbale n’a pas de sens, n’a pas d’usage ni de possibilité. C’est une façon de critiquer la ville. 


BT : Pourtant, t...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi