Sur le même sujet

A lire aussi

Apprendre en tombant

Article publié dans le n°1069 (01 oct. 2012) de la Nouvelle Quinzaine Littéraire

Dans une forme qui n’appartient qu’à lui, mêlant petits traités, définitions, recueil de récits et légendes, Pascal Quignard poursuit sa longue méditation sur l’origine, la mémoire et le temps. En partant d’histoires mémorables de chutes de cheval, il réfléchit à ces moments où les ordres basculent et où, sous l’effet du désarçonnement, le temps change.
Pascal Quignard
Les désarçonnés. Dernier royaume VII

Quand La Barque silencieuse, le précédent volume de Dernier royaume, s’intéressait aux figures du passage d’une rive à l’autre des mondes, Les Désarçonnés se penche sur ceux qui ont chuté, sur ce point de bascule, qui est aussi un passage, où l’on est entièrement retraversé par le temps et capable dès lors de vivre à neuf. Ce serait une allégorie de la conversion si la conversion ne prenait pas littéralement la forme de la chute de cheval : en d’autres termes, la chute n’est pas un équivalent imagé de la conversion mais le lieu même de son expérience, comm...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi