Sur le même sujet

A lire aussi

Annie Ernaux : l'oeuvre au noir

Article publié dans le n°1049 (16 nov. 2011) de la Nouvelle Quinzaine Littéraire

Il y a toujours une ambiguïté à la consécration que représente, du vivant de l’auteur, la publication de ses œuvres complètes, qui a tendance à placer sur l’écrivain une lumière qui n’est pas toujours la sienne. Avec Annie Ernaux, dont les textes, malgré la grande reconnaissance publique dont ils font l’objet, s’accommodent a priori assez mal de toute monumentalisation, cette ambiguïté aurait pu tourner au malentendu. Mais ce n’est pas le cas, pour plusieurs raisons.

D’abord parce que la publication, en 2008, des Années, ce grand roman en forme de récapitulation, préparé pendant plus de vingt ans, invitait à un rassemblement et à une relecture de l’œuvre, à un regard rétrospectif. Ensuite parce qu’Annie Ernaux est l’éditrice de ses propres œuvres complètes et qu’elle est l’auteur de son principal appareil critique : ainsi, en lieu et place de la chronologie habituellement composée par d’autres, on a « une sorte de photojournal », supplément plutôt que complément de l’œuvre. Les nombreuses photographies qui montrent l’auteur bé...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi