Sur le même sujet

A lire aussi

Anatomie d’une fantaisie

Le ténor anglais Ian Bostridge, interprète fidèle du « Voyage d’hiver » de Schubert (cycle qu’il a donné en concert, depuis trente ans, plus de cent fois), avait prolongé en 2015 cette « obsession » musicale par un texte saisissant et déroutant, récemment paru en traduction chez Actes Sud.
Ian Bostridge
Le Voyage d’hiver de Schubert. Anatomie d’une obsession

« J’aime ces chants plus que tout le reste et vous en viendrez vous aussi à les aimer. » Le temps a donné raison à Schubert et à l’émouvante prédiction qu’il fit à quelques amis décontenancés après une première audition de Voyage d’hiver, cycle pour voix et piano composé en 1827. Aimés, ces « chants » (Lieder) le sont aujourd’hui par beaucoup : la ferveur de Ian Bostridge, donnant figure à son « obsession » par le chant comme par la plume, en est un heureux témoignage.


« Voyage d’hiver est l’une des grandes fêtes du calendrier musical : fêt...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi