A lire aussi

"Allez dans la paix du Liszt"

Article publié dans le n°1038 (16 mai 2011) de la Nouvelle Quinzaine Littéraire

 À l’occasion du bicentenaire de la naissance de Liszt, Alain Galliari, musicologue et directeur de la Médiathèque Mahler s’intéresse à la vocation catholique de l’homme et du musicien. Il assume un choix risqué : celui de parler en chrétien du chemin parcouru par Liszt.
Alain Galliari
Franz Liszt et l'espérance du bon larron
(Fayard)

Qui le voudrait pourrait connaître à peu près tout de Liszt : la masse des écrits de son fait et à son propos, correspondance, biographies, études, foisonnent. Comment pourrait-il en être autrement de cet homme de toutes les foules ? Foules des publics, tourbillons des notes et des passions…


Il est pourtant un point, dit Alain Galliari, sur lequel le discours critique semble montrer une certaine retenue : c’est la vocation religieuse de Liszt. Chacun sait que le virtuose, la cinquantaine passée, devint « l’abbé Liszt ». Si bien qu’aujourd’hui, deux images emblématiques de Liszt c...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine