A lire aussi

Alibis

Michel Leiris raconte dans son livre sur Raymond Roussel que celui-ci avait aménagé une sorte de luxueux camping-car avant la lettre et qu’il voyageait ainsi de lieu en lieu, sans sortir de son véhicule pour visiter. Comme Phileas Fogg, dont parle Pierre Bayard, il parcourait le monde et l’observait à distance. Idéal que prône l’essayiste dans son dernier essai, Comment parler des lieux où l’on n’a pas été ?
Pierre Bayard
Comment parler de lieux où on n'a pas été (Minuit)
Olivier Poli Battistini
Dictionnaire des lieux et pays mythiques (Laffont)

On reconnaît la formule, déjà employée et avec quel succès pour l’essai qui a ouvert le cycle, Comment parler des livres que l’on n’a pas lus ? Peu de livres récents sur la lecture, sur la culture en général ont été plus féconds, voire plus libérateurs que celui-ci, paru en 2007. Mais venons-en à ce texte souvent paradoxal, comme l’attend la collection qui le publie. Bayard part d’un constat que l’on ne peut que partager : voyager fait courir des risques – voir les syndromes que cette activité génère, et ce n’est pas le meilleur moyen de découvrir ou d’apprendre sur un...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine