Sur le même sujet

A lire aussi

Algérie, la carte et le territoire

Article publié dans le n°1147 (16 mars 2016) de la Nouvelle Quinzaine Littéraire

Le MuCEM, tout à sa vocation méditerranéenne, se permet des expositions audacieuses. Celle qu’il consacre à l’Algérie donne de l’épaisseur à un pays trop souvent vu au prisme de l’actualité immédiate. Elle nous donne à voir non le cliché d’un Orient fantasmé mais un véritable laboratoire de l’école cartographique moderne.

EXPOSITION
MADE IN ALGERIA
Généalogie d’un territoire
MuCEM, Marseille
20 janvier-2 mai 2016

 

CATALOGUE DE L’EXPOSITION
Hazan, 240 p., 35 €

Qu’évoque pour nous l’Algérie ? La saga des pieds-noirs, la lutte pour l’indépendance et la récente guerre civile, le pétrole, le désert. Quelques personnages aussi, d’Albert Camus à  Enrico Macias. Les historiens et les érudits évoqueront Barberousse, la prise d’Alger par Charles Quint ou la conquête de Louis-Philippe. Mais personne, sans doute, ne dira que l’Algérie, c’est le nec plus ultra de la cartographie, un banc d’essai de cette science, une terre d’élection pour géomètres, peintres paysagers et espions topographes. 


Autant dire que l’exposition, qui défend ce point de vu...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi