A lire aussi

"Aimons, buvons, chantons, pour être heureux !"

Article publié dans le n°1103 (16 avril 2014) de la Nouvelle Quinzaine Littéraire

La suggestion d’obsèques nationales ainsi que l’obtention d’une rue parisienne à son nom, une avant-première en présence du président de la République, un enterrement couvert par toutes les télévisions, un hommage à la Cinémathèque assuré par le gratin du cinéma français : la disparition d’Alain Resnais a été saluée comme il se devait. À la réflexion, pas grand-chose à l’aune du tintouin déclenché autour de celle de Georges Lautner – mais les fanatiques des "Tontons flingueurs" sont plus nombreux que ceux de "L’Année dernière à Marienbad". Il est déjà beau que les chaînes publiques aient inscrit dans leurs grilles quelques titres du cinéaste, même à des heures déraisonnables, l’embarquement passé minuit pour les cent cinquante minutes de Smoking requérant des réserves notables d’énergie.

ALAIN RESNAIS

AIMER, BOIRE ET CHANTER

Ce n’est pas un hasard si, depuis bientôt deux lustres (1), nous avons consacré ici plus d’articles à Resnais qu’à aucun autre réalisateur. Ce n’est pas par respect d’une carrière impeccable, ni par souci de déposer à dates régulières, comme un ancien combattant, un bouquet aux pieds du monument. C’est parce que l’on se trouvait devant un fonds peu épuisable, parce que chaque nouveau film aurait pu donner matière à de multiples décorticages, que l’on pouvait revenir sur l’œuvre en son entier sans jamais venir à bout du labyrinthe dissimulé sous la clarté apparente – Resnais, à la différe...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine