Sur le même sujet

Aile perdue

Article publié dans le n°1201 (01 oct. 2018) de la Nouvelle Quinzaine Littéraire

Retrouver Édith Azam, c’est renouer avec un usage particulier des mots et de la ponctuation, dans une langue et une voix à dire et à entendre.

Même et autre : un nom peut s’associer à un pronom personnel accentué pour devenir une sorte d’injonction originale, à la forme enfantine, qui s’ouvre et se ferme sur le même groupe vocalique. Ce « moi » a la légèreté aérienne de l’oiseau, mais aussi sa vulnérabilité, quand il est au sol. Cette évidence claire nous fait entrer dans un univers où la surprise sera le principe joyeux et douloureux qui nous guidera dans la découverte de ce livre. On dirait un conte boiteux, une histoire à la syntaxe sautillante ou hésitante, dont le prénom Hannah constitue le rappel ou le socle, l’entrée dan...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi