A lire aussi

"A Vienne le diable vous emporte rapidement, car la mort vous devance"

Article publié dans le n°1005 (16 déc. 2009) de la Nouvelle Quinzaine Littéraire

 Il y a des peintres qui écrivent, ou des écrivains qui peignent. La musique, parfois, accompagne cette joyeuse réunion de muses sous un même crâne, dans un même cœur, dans une même main. L’Autrichien Günter Brus, comme d’autres, est victime du préjugé qui n’admet pas que plusieurs fées aient déposé leurs dons dans le même berceau…
Günter Brus
Vienne et moi (Das gute alte Wien)

Car le mélange des genres n’est guère admis, et c’est précisément cela qui agace. « Je passe pour un peintre qui écrit, et on a pitié de moi », constate Günter Brus (p. 118). On sent que les critiques, ou même le conseil définitif qu’un écrivain de renom, Hermann Schürrer, lui donna un jour « Continue tes barbouillages, tu n’as absolument aucun don d’écrivain » (p. 117), continuent de le blesser. À soixante-dix ans, Günter Brus, dont l’œuvre est aujourd’hui reconnue, entend toujours manier la plume aussi bien que le pinceau.


Ce livre est d’abord l’occasion de nous faire connaître...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine