Sur le même sujet

A lire aussi

A la traque de notre vie

    En entreprenant de confier quelques expériences d’un chasseur raté, manqué, ainsi qu’une série de souvenirs fortement inscrits sur le territoire de son enfance, Pierre Bergounioux dépasse l’hérédité immédiate pour se confronter au grand tout qui nous précède, aux rites, aux habitudes profondément ancrées, celles de la survie et de l’ébaudissement devant la nature, ses possibles et ses empêchements.

Il aborde ainsi avec lucidité et douceur une période charnière, lorsque se produisent de grands bouleversements et qu’un monde s’effondre, rapidement oublié, dénié, avachi dans une époque qui le contredit totalement – périodes fort rares si l’on y songe –, et qui le hante, à la fois en tant qu’il se sent un peu coupable de s’y joindre, ou plutôt d’en jouir, et qu’il s’en rappelle, antienne intime et collective à laquelle il se soumet, et la rejoue, n’en démordant pas, à la façon d’une bête blessée à mort qui s’accroche de toute la force de sa gueule refermée.

La chasse, celle...

La lecture des articles est réservée à la souscription d‘un abonnement spécifique
La lecture de cet article est soumise à la souscription d'un abonnement. Si vous possédez un abonnement, merci de vous connecter ci-dessous. Si vous souhaitez vous abonner, nous vous remercions d'utiliser un ordinateur plutôt qu'un téléphone ou une tablette

Vous êtes abonné(e)

Identifiez vous

Pas encore abonné(e) ?

Abonnez vous

Choisissez votre formule d'abonnement et accédez à La Quinzaine

Vous aimerez aussi