Bernard Traimond

Sur quelques absurdités quotidiennes dans les sciences sociales

12. Le savant et la politique Alors qu’il promulguait l’engagement, Jean-Paul Sartre a soigneusement séparé ses positions politiques de ses travaux « scientifiques ». Il interrompait la rédaction ...

« La plume est un outil rigide »

Virginia Woolf commence son article par une saisissante image invoquée dans Les Essais, laprésentationau roi de France Henri II de l'autoportrait du roi René de Sicile. La scène permet à Montaigne ...

Excentricités basques

Dans Le Mythe du caractère national[1],s’appuyant sur des matériaux historiques, l’anthropologue et historien basque Julio Caro Baroja avait déjà démonté les tr...

Sur quelques absurdités quotidiennes dans les sciences sociales

11. Le « macro » et le « micro » « Le “micro” permet d’étudier le “macro” », écrit Yves Winkin à la page 123 d’un livre par ailleurs essentiel, Anthropologie de la communication (Seuil, coll. « Po...

Quand la réalité dépasse la fiction

Quand Éric Chauvier a publié, en 2006, la relation d’une enquête sous le titre Anthropologie, une fraction de la critique l’a lue comme un roman. Que les anthropologues sortent enfin de la monograp...

Sur quelques absurdités quotidiennes dans les sciences sociales

10. Vécu et réel Entre le vécu et la lecture de son compte rendu écrit, donc de sa connaissance, s’intercalent une multitude de « sauts périlleux ». Dire n’est pas faire, parler n’est pas écrire ;...

Sur quelques absurdités quotidiennes dans les sciences sociales

9. L’objectivation Comment passer de multiples constatations chaque fois singulières – ne serait-ce que par leur inéluctable inscription dans le temps – à des généralisations, à des lois ? Le proc...

Débats africains

Le livre présente la confrontation de deux disciplines aux traditions nécessairement différentes. Quand l’anthropologue Jean-Loup Amselle (directeur d’études à l’EHESS de Paris)examine la « charte ...

Sur quelques absurdités quotidiennes dans les sciences sociales

8. Les binarismes  À son synonyme – « dualisme » –, je préfère le mot péjoratif de Roland Barthes dont il disait avoir fait un « véritable objet amoureux ». Pourquoi cette émotion présentée au pas...

Sur quelques absurdités quotidiennes dans les sciences sociales

7. Objectivité  Parmi tous les dégâts – déjà évoqués – produits par la notion d’objectivité, l’un des plus importants naît de la mise en place du binarisme avec la subjectivité. Il n’est pas néces...

Sur quelques absurdités quotidiennes dans les sciences sociales

6. Les faits (suite)  Et pourtant Bruno Latour parle defaits.Mais, selon son habitude, il donne à ce mot un sens particulier. Selon lui, loin d’être immédiatement accessible, lefaitse construit pa...

Sur quelques absurdités quotidiennes dans les sciences sociales

5. Les faits Dans le monde médiatique, dire s’appuyer sur des faits constitue l’alpha et l’oméga de la vérité. Le seul problème est que les faits ne nous sautent pas à la gorge. Ils n’accèdent à n...

Sur quelques absurdités quotidiennes dans les sciences sociales

4. Le regard extérieur (suite)  En France, habituellement, l’expression « regard extérieur » veut présenter la démarche de Lévi-Strauss, qui en 1983 intitulait un de ses livres Le Regard éloigné. ...

Sur quelques absurdités quotidiennes dans les sciences sociales

3. Le regard extérieur  Je suis tombé sur un article de Bourdieu sur Sartre, écrit dans les semaines qui ont suivi la mort de ce dernier en 1980 (« L’invention de l’intellectuel total »,Libération...

Sur quelques absurdités quotidiennes dans les sciences sociales

2. Les coordonnées cartésiennes Les coordonnées cartésiennes constituent le principal instrument utilisé pour occulter l’irréversibilité du temps. Reprenant les Grecs, Quine nous l’a dit depuis lo...

Sur quelques absurdités quotidiennes dans les sciences sociales

1. L’absence du temps Une insupportable contrainte pèse sur nous, à tout moment : l’irréversibilité du temps. Manquer un rendez-vous nous oblige à en organiser un second sans aucune autre solution...

Mystères bédouins

Au moyen de l’étiquette de « Bédouins », François Pouillon nous conduit vers un objet que l’on rencontre depuis au moins Ibn Khaldûn (1332-1406), mais aussi, et surtout sous nos yeux, vers des élev...

La genèse du structuralisme

À chaque « arrivage » d’un livre de Lévi-Strauss, Jakobson s’extasie : « Votre livre m’a procuré des heures passionnantes de lecture et de méditation » (10 juillet 1958) ; « votre merveilleux artic...

L’ethnographie contre l’anthropologie

Ses expériences de militante féministe conduisent Dorothy Smith à exiger la présentation des points de vue qui déterminent les informations auxquelles nous accédons. À ce titre, elle dénonce le « s...

L’existentialisme pour tous

Elle commence par poser son point de vue et même sa photo – adolescente aux longs cheveux blonds – d’« existentialiste de banlieue ». Plus tard, Montaigne, par le truchement du texte que lui a cons...

Viol de guerre

Publié le 18 octobre 1969, un peu plus de deux ans avant les accords de Paris, qui ont commencé à mettre fin à la guerre, ce texte apportait un puissant appui aux pacifistes qui dénonçaient, eux au...

Enquête sur l’enquête

Pour réaliser ses enquêtes, Anne Both dispose de trois instruments : le carnet pour les notes écrites, le magnétophone pour les paroles enregistrées et les photos, mais chacun peut susciter la méfi...

Un cours d’anthropologie

En revanche, l’oralité laisse encore échapper des torrents d’improvisations, de remarques, d’approximations et d’incertitudes, en un mot une liberté qui fait la richesse et l’intérêt de ces cours, ...

Les usages du journal d’enquête

Jusqu’ici, le journal d’enquête servait le plus souvent de « banque de données », dans laquelle le chercheur allait puiser selon son goût et ses besoins. Il choisissait dans ce stock d’informations...

Au centre de l’enquête anthropologique : le langage. Entretien avec Éric Chauvier

Bernard Traimond : Pourquoi, dans ton dernier livre, Les Nouvelles Métropoles du désir, n’y a-t-il pas de communication verbale ?  Éric Chauvier : Il y a beaucoup de communication non verbale ; il...

Le Coran comme révélateur

Anouk Cohen nous montre donc l'inadaptation des mots aux pratiques, leçon permanente qui exige de remettre sans cesse l’ouvrage sur le métier, afin de tenir compte de leur multiplicité, de sortir d...

Une anthropologie du « je »

Il est vrai aussi que l'anthropologie d’Éric Chauvier refuse tout mimétisme. Ses recherches lui ont montré le « saut périlleux » que réclame le passage des expériences des enquêtes à leur compte re...

Ce que montrent les musées

Lorsqu'il regarde tous ces musées nés à la suite du premier du genre, le Guggenheim de New York (ouvert en 1959), Amselle adopte divers points de vue. Ces établissements ont pourtant un aspect comm...

Priorité aux archives !

Les Usages de la coutume nouspropose huit articles substantiels qui permettent de mieux comprendre les objectifs et les démarches de l'historien britannique. Dans ce recueil, Thompson s'attache aux...

Montaigne est-il philosophe ?

En revanche, si Montaigne est anthropologue ou historien ou même « essayiste » au sens actuel du mot, il faudra contextualiser ses écrits, voir comment il trouve et traite ses sources afin de le li...

Comment lire Montaigne

Tout lecteur peut en effet glisser à la surface des Essais pour y trouver un plaisir extrême, ce qui indignait déjà Malebranche. Mais entre sa taille – cet agglomérat de mille pages de textes génér...

Le silence des harkis

Dès les premières pages, l’objet de l’étude, les personnes désignées par le terme de « harkis », apparaît d’un accès difficile. Le mot de harki désigne un ensemble de supplétifs de l’armée français...