Seuil

Journal en public

L’auteur de ce livre* est décédé avant sa publication en français. Sa fille s’en est chargée, déplorant seulement que son père, en sa fin de vie à Paris, ait manqué Mai 68, « qui l’aurait certainem...

Un détenu élargi *

Il a le sens de la formule. C’est ainsi qu’il écrit, dans Il était une fois Jean Cayrol (Seuil, 1982), que « Voyager c’est ressembler à quelqu’un, c’est la rencontre », que franchir une frontière, ...

La nuit de l'enfance

Le Chemin sauvage, comme le premier roman de Jean-François Haas, débute par une étrange digression, sorte de micro-récit d’une défaite de l’armée française en 1871 et de la manière dont le grand-pè...

Benveniste, fascinant et multiple

Tzvetan Todorov raconte qu’arrivé à Paris, en 1966, faisant le tour des cercles intellectuels, il tomba dans le cours de Benveniste au Collège de France : une petite salle, quelques rares auditeurs...

La lumière et l'obscur

Rien de plus vraisemblable que le point de départ. On est en 1969, plus de vingt années après la fin de la Seconde Guerre mondiale, et Michelino, treize ans, passe les vacances d’été dans la vaste ...

Le grand dérèglement

« Il y a de la littérature, dans ces parages ! » s’exclame Gould lorsqu’il se promène et qu’il « renifle avec l’allure comique d’un chien à l’arrêt » la piste d’un texte remarquable qui lui fait en...

Science publique

Les progrès de la science furent souvent dans le passé occasions de querelles. Rappelons-nous comment furent accueillis les travaux de Galilée, de Darwin ou d’Einstein. Ces combats n’ont pas diminu...

"Je suis la vie qui ne souffre pas le vide"

Ce deuxième volume des œuvres de Marina Tsvetaeva regroupe des textes écrits dans les années d’émigration (1922-1939), à Prague et surtout à Paris où elle arrive en novembre 1925. Sa situation maté...

Gérard Genette ou les saveurs de l'alphabet

De « Abécédaire » (où le livre commence par se désigner dans son principe de construction) à « Zoom » (qui s’achève par « la mémoire est un zoom infini », renvoyant au procédé de grossissement du d...

Qui est donc cette "Anglaise"

Il y a deux manières de lire ce livre : ou bien on s’attache aux personnages et ils le méritent largement, ou bien on considère avant tout qu’ils font société et constituent un microcosme, lequel, ...